Jacques Hurtubise

jhurtubise

Né à Ottawa en 1950, Jacques Hurtubise fait ses premiers pas dans le monde du 9e art en 1971. Au cours de ses études en génie à la Polytechnique, il lance la revue de BD québécoiseL’Hydrocéphale Illustré, en collaboration avec Gilles Desjardins et Françoise Barrette. Il décide de suivre sa passion et l’année suivante, en compagnie de Pierre Fournier, il fonde L’Hydrocéphale entêté, une maison d’édition qui regroupe de jeunes auteurs ayant collaboré aux publicationsl’Hydrocéphale Illustré, Ma®de in Kébec et Kébec Pouding. Leur première revue, Les Aventures du Capitaine Kébec de Pierre Fournier qui marquera de façon indélébile le paysage de la BDQ , est lancée lors du Show de la Bande Dessinée Québécoise, premier événement majeur de bande dessinée au Québec que Jacques Hurtubise organise à l’Université de Montréal. En 1974, L’Hydrocéphale entêté publie la revue L’Illustré, dont paraît un seul numéro.

L’Hydrocéphale entête est également à l’origine de la coopérative Les Petits Dessins, organisme faisant la promotion des talents locaux auprès des quotidiens francophones. C’est au sein cette coopérative que Jacques Hurtubise crée Le Sombre Vilain et qu’il commence à utiliser son pseudonyme de Zyx. De 1974 à 1976, il publiera dans le quotidien Le Jour plus de 500 strips de son célèbre personnage. De plus, dans les pages de ce journal, il produit une chronique hebdomadaire sur la bande dessinée. À titre de chroniqueur BD, Jacques Hurtubise participe également à l’émission Téléchrome diffusée les samedis matins sur les ondes de Radio-Canada.

En 1979, il s’associe à Hélène Fleury et Roch Côté pour fonder une publication mensuelle satirique qui va marquer toute une génération : CROC. En plus d’y collaborer comme auteur, notamment avec Le Sombre Vilain, Jacques Hurtubise y cumule plusieurs fonctions. Véritable pépinière de talents pendant 15 ans et près de 190 numéros, le magazine permettra aux lecteurs de découvrir une foule de talents québécois, tant en bande dessinée qu’en humour. Signe de l’impact de cette publication, plusieurs des auteurs et humoristes qui comptent encore aujourd’hui ont fait leur marque, à un moment ou un autre, dans les pages de CROC.

Toujours plein d’idées, et avec la volonté de donner d’autres avenues à la bande dessinée d’ici, Jacques Hurtubise développe également plusieurs projets en parallèle. Notamment, les éditions CROC Albums, qui publient les aventures de certains des personnages les plus populaires du magazine et qui tenteront une percée du côté de l’Europe en association avec Dargaud. En 1983, il fonde Titanic, première revue de BD professionnelle entièrement consacrée à la production québécoise. Durant les années 1980 et 1990, il lance également différentes publications dontMaximum (1986), Anormal (1991) et Mad – Édition Québec (1991).

Au milieu des années 1990, il quitte l’aventure de l’édition pour se tourner vers les communications et les stratégies numériques. En 2005, il revient brièvement à l’humour édité avec le magazine Le Doigt, une publication hebdomadaire satirique.

Jacques « Zyx » Hurtubise a été intronisé en 2007 dans le Temple de la renommée de la bande dessinée canadienne, distinction prestigieuse décernée par les Joe Schuster Awards. Il est également à ce jour l’un des seuls québécois – avec Albert Chartier et Julie Doucet – cités dans le Dictionnaire mondial de la bande dessinée publié chez Larousse.

Ardent promoteur du 9e art québécois, Jacques Hurtubise est considéré de façon unanime comme l’une des personnalités les plus importantes dans le développement de la BDQ. En alliant une créativité sans borne, une passion pour le médium et un talent d’entrepreneur inné, il a su contribuer de façon importante à l’essor de l’édition de bande dessinée au Québec et à la professionnalisation de ses artisans.

Jacques Hurtubise est décédé subitement en décembre 2015.